Commentaires

  1. Philippe Gélas
    Répondre

    Excellente initiative que cet article qui explique parfaitement bien le système des appels d’offres dans nos métiers de la communication, et les dérives qui en ont découlé jusqu’au plates-formes de travail spéculatif (perverted crowdsourcing)…

  2. Belin
    Répondre

    Article très clair ! un grand bravo.
    ces quelques lignes expliquent parfaitement le principe pervers de ces plateformes et leur naissance, mais mériterait la perfection avec une approche tournée vers l’aspect légal ou illégal ? de ces façons de produire du contenu gratuitement et de le revendre dans une offre globale, d’autres s’y sont déjà essayés, mais la justice les a recadrés.

  3. Antoine Naudet
    Répondre

    Le problème ne concerne pas que ces plateformes. Après avoir vu passer de nombreuses incitations émanant de sources diverses à répondre à des appels d’offres pour des marchés publics (plus exactement, des MAPA), j’ai pris un peu de temps (c’est un euphémisme) pour trier, sélectionner et répondre à un certain nombre depuis le début de l’année. Ce qui m’inquiète, c’est de constater que plusieurs de ces marchés publics, dont les acheteurs sont pourtant souvent des organismes d’état ou des autorités consulaires, pratiquent exactement les mêmes principes que les plateformes de crowdsourcing. C’est à dire que l’acheteur, au stade de la consultation pour une offre, demande une ou plusieurs propositions graphiques en fournissant souvent les éléments textuels et graphiques à intégrer obligatoirement dans la proposition, suivant un cahier des charges assez directif.
    Pour certains cas que j’ai trouvés particulièrement « gonflés », j’ai envoyé un mail poli mais précisant ma pensée en joignant la charte de déontologie de l’AFD, sans aucune réponse bien sûr.

  4. Fleury
    Répondre

    Merci Julien pour cet article.
    Nous sommes preneurs de rentrer en contact avec tous ceux qui se battent pour une reconnaissance du travail des créatifs (nous nous bâtons pour ça depuis 2005 !).
    Nous sommes preneurs aussi de toute discussion pour améliorer encore notre modèle.

Laissez un commentaire